Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Services à l’usager

Vers une meilleure maîtrise du trafic sur le périphérique

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 février 2015 (modifié le 6 juillet 2015)

L’expérimentation, depuis mars 2015, d’un dispositif de régulation des entrées sur le périphérique ouest doit permettre de fluidifier la circulation aux heures de pointe, tout particulièrement le soir, sur le périphérique extérieur, qui connaît un trafic intense, entre le pont de Cheviré et la porte d’Armor, comme l’a précisé une étude menée en 2013.

En obligeant les véhicules à patienter avant d’accéder à la voie rapide, les feux tricolores qui sont installés sur quatre bretelles d’accès, avant le pont de Cheviré, doivent assurer une meilleure maîtrise des flux.

Reliés à des capteurs, implantés sur la chaussée, en aval de la bretelle, ils s’adaptent en temps réel aux évolutions du trafic.

Résultat pour les usagers de la route : plus de fluidité, des conditions de circulation plus sures et un temps de parcours moins long.

Le Kit de Communication

Un peu de patience, pour une longueur d’avance

Après avoir été retenus sur la bretelle d’accès, par un feu tricolore, les automobilistes pénètrent sur un périphérique plus fluide et moins saturé.
Au final, l’objectif est de permettre à tous les usagers du périphérique de gagner du temps.

Quelles sont les entrées équipées ?

Ce dispositif de régulation d’accès est expérimenté sur les bretelles des portes d’Armor, d’Atlantis, de Saint-Herblain et de l’Estuaire, en amont du pont de Cheviré.

Un dispositif qui a fait ses preuves

Déjà expérimenté en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Hollande, mais aussi à Bordeaux et en Île-de-France, ce système permet d’anticiper la formation de bouchon.

Le temps de l’expérimentation

Après le temps de l’expérimentation, viendra celui des bilans : l’impact de ce nouveau dispositif sur les temps de parcours des usagers de la route sera évalué courant 2015. De même, une enquête est en cours auprès des usagers pour connaître leur point de vue sur ce dispositif.

Des effets en cascade sur les réseaux secondaires

Réguler le trafic, en contrôlant, en amont, les accès sur le périphérique, c’est se donner les moyens de créer de meilleures conditions de circulation non seulement sur cette artère très fréquentée, mais aussi sur le reste du réseau.
Moins saturé, le périphérique sera plus attractif, ce qui devrait alléger le trafic sur les autres routes.

Pour aller plus loin : le dispositif technique en détail

> Recueil des informations
Des capteurs au sol sont installés pour recueillir les informations sur l’état du trafic sur la chaussée du périphérique, en aval de la bretelle d’accès, mais aussi sur la bretelle elle-même, pour prévenir toute saturation.
> Analyses et calculs
Les capteurs transmettent les mesures à un système qui les analyse. Constitué d’une base d’algorithme, celui-ci calcule, en fonction de la densité du trafic, le moment opportun pour faire passer les feux tricolores au rouge ainsi que la durée pendant laquelle les véhicules seront immobilisés sur la bretelle d’accès. Cette durée est donc fonction de l’état du trafic à l’instant « t ». La durée maximale sera de 50 secondes.
> Commande des feux
Situés en tête de la bretelle, les feux sont commandés par le système qui scrute en permanence l’état du trafic sur les voies via des capteurs.
> Le jaune donne le feu vert
Les feux tricolores ne disposent pas de lanterne verte : c’est le jaune clignotant qui indique aux automobilistes qu’ils peuvent passer.

Le Kit de Communication